Une procédure d’arbitrage juridique facilite le contrôle à Kisumu, au Kenya

Dans le cadre de ce programme, le vétérinaire du district a mis au point une procédure d’arbitrage en vertu de la législation kényane pour faire en sorte que les propriétaires de chiens incriminés qui ne sont pas vaccinés prennent en charge les coûts de la PEP de la rage pour les victimes des morsures. Cette approche est possible parce que les anciens du village sont capables de retrouver les ménages propriétaires des chiens incriminés. La stratégie d’arbitrage permet aux propriétaires de chiens de comprendre les risques liés aux morsures de leurs chiens non vaccinés. Les propriétaires des chiens ont choisi de prendre en charge les coûts de la PEP plutôt que d’être accusés devant un tribunal de ne pas avoir vacciné leur chien en vertu de la loi sur la rage ou d’avoir commis une négligence criminelle en vertu du code pénal kényan. Entre avril 2010 et avril 2011, 72 cas au total ont fait l’objet d’une procédure d’arbitrage couronnée de succès et les propriétaires des chiens ont payé les coûts du traitement. Grâce à cette stratégie, davantage de propriétaires de chiens demandent au service vétérinaire de faire vacciner leur chien.




page précédente: Banque de vaccins contre la rage de l’OIE

page suivante: Contrôle efficace de la rage dans le KwaZulu-Natal





Accueil du site | Contact | Plan du site |
Quatrième version - dernière mise à jour, Novembre 2017