5.6.4. Le programme a-t-il eu un impact sur les décès humains de rage, les expositions à la morsure et la demande de traitement post-exposition de l’homme ?

La diminution/l’élimination des cas de décès humains dus à la rage est l’objectif final de tout programme de contrôle de la rage canine. Souvent, la présence résiduelle de cas humains sporadiques constitue le seul indicateur de la persistance de la rage canine ou de sa réapparition dans une région (géographique ou administrative) définie.

Les registres des cas de rage humaine et des expositions à des animaux présumés enragés dans les hôpitaux, avant et après les campagnes de vaccination des chiens sont des indicateurs utiles de la relation entre la vaccination de masse des chiens et la rage humaine. Dans les régions où aucun enregistrement hospitalier n’est disponible, les informations peuvent être obtenues par des enquêtes auprès des ménages comme expliqué ici.

Il est aussi possible de recueillir des informations à propos des cas de rage humaine à partir des actes de décès et des autopsies verbales de spécialistes. Le nombre de doses administrées de vaccin à usage humain peut être utilisé pour évaluer la rentabilité de la vaccination des par rapport à la prévention des cas de rage humaine au moyen des seules mesures de prophylaxie post-exposition.

Les données obtenues à partir de toutes les zones non vaccinées peuvent aussi être comparées à celles venant des zones traitées (vaccinées), mais il faut faire attention en interprétant des données provenant de zones différentes.

JPEG - 32.8 ko
Photo gracieusement fournie par le Serengeti Carnivore Disease Project



page précédente: 5.6.3. Le programme a-t-il eu un impact sur les cas de rage canine ?

page suivante: 5.6.5. De quelle manière les chiens réagissent-ils à la vaccination ?





Accueil du site | Contact | Plan du site |
Quatrième version - dernière mise à jour, Novembre 2017