5.2.6. Que puis je faire si je n’ai pas de microscope fluorescent dans mon laboratoire ?

Bien que le test par anticorps fluorescents (FAT) demeure la technique de référence pour le diagnostic de rage, il existe des alternatives.

Le test immunohistochimique direct rapide (dRIT), utilise un microscope optique ordinaire pour examiner les prélèvements cérébraux, le rendant plus adapté pour les laboratoires disposant d’une infrastructure diagnostique limitée (par exemple à l’échelle régionale). Le dRIT n’a pas encore été approuvé par l’OIE ni l’OMS pour la déclaration des cas de rage, mais plusieurs études ont validé le test en le comparant au test d’immunofluorescence (FAT). Les laboratoires nationaux pour la rage doivent être en mesure de réaliser le FAT pour valider les résultats du dRIT obtenus par les laboratoires régionaux avant l’utilisation large de ce test. On peut trouver des informations plus détaillées sur le matériel, les réactifs et les protocoles pour le diagnostic de la rage au moyen du dRIT ici et du FAT ici. Cliquer ici pour connaître les laboratoires disponibles pour le diagnostic de la rage. Voir les Sections 4.3 à 4.5 du Plan Directeur de Prévention et de Contrôle de la Rage Canine pour plus de détails sur l’utilisation du matériel diagnostic par dRIT.

JPEG - 63.5 ko
Photo gracieusement fournie par le Serengeti Carnivore Disease Project

Plus récemment, des tests diagnostiques pour la rage encore plus simples, peu coûteux et faciles d’utilisation sont devenus disponibles. Ces tests immunodiagnostiques rapides (appelés aussi tests immunochromatographiques ou à flux latéral, LFDs) pour la rage sont prometteurs pour un usage hors du laboratoire, ne nécessitant aucun équipement. Ils sont utilisables après une formation a minima et produisent un résultat en quelques minutes.

Des études utilisant les tests immunodiagnostiques rapides ont conclu qu’ils sont fiables pour le diagnostic de rage au laboratoire et sur le terrain, bien que certains changements par rapport à la méthodologie recommandée par le fabricant aient été apportés. Toutefois, une étude concernant six tests rapides pour le diagnostic de rage disponibles sur le marché conduite dans des conditions de laboratoire contrôlées les a jugés très peu fiables comparativement au test FAT de référence. Tous ces six tests avaient une bonne spécificité (ils ne produisaient pas de « faux positifs »), mais aucun ne faisait preuve d’une bonne sensibilité (ils produisaient des « faux négatifs »). Certains tests étaient plus performants que d’autres, et dans certains cas des lots spécifiques d’un test particulier donnaient de meilleurs résultats que d’autres, mais dans l’ensemble les résultats étaient décevants.

JPEG - 9.6 ko
Résultats des tests immunodiagnostiques rapides pour la rage. Photo : Institut Friedrich Loeffler

Les tests rapides pour la rage ont un grand potentiel d’avenir pour la surveillance sur le terrain. Actuellement ils peuvent être utiles pour identifier rapidement les cas de rage. Toutefois des résultats négatifs ne doivent pas être pris en compte (surtout s’il existe des expositions humaines) sans confirmation par un laboratoire au moyen du FAT. La membrane utilisée pour ces tests peut être stockée, de préférence au frais, et l’ARN peut être éventuellement extrait pour confirmation moléculaire et caractérisation par PCR et séquençage.

Pour en savoir plus sur les tests immunodiagnostiques rapides pour la rage, cliquer ici.

FAT = Test d’immunofluorescence
dRIT = Test immunohistochimique direct rapide
OIE = Organisation Mondiale de la Santé Animale
OMS = Organisation Mondiale de la Santé




page précédente: 5.2.5. Quelles sont les fournitures nécessaires pour le diagnostic de la rage en laboratoire au moyen du test des anticorps fluorescents ?






Accueil du site | Contact | Plan du site |
Troisième version, dernière mise à jour, juin 2015