3.3.5. Quelles sources de financement pourraient-elles être disponibles pour contrôler la rage canine ?

Le financement pour le contrôle de la rage canine peut provenir de différentes sources :

- Le financement du gouvernement - Provient habituellement des services vétérinaires, du Ministère de la Santé et/ou d’autres organismes du secteur de la santé publique. Une forte interaction et la collaboration entre ces deux secteurs peut se traduire par une utilisation optimale des ressources puisque la mise en œuvre correcte de la vaccination de masse des chiens peut entraîner des économies substantielles pour le secteur de la santé publique en raison de la baisse de la demande en vaccins humains et en produits biologiques onéreux. Par conséquent, la conception des mécanismes de financement interministériel intégrant à la fois le secteur vétérinaire et la santé publique pourrait fournir un mécanisme durable pour lutter contre la rage. Parce que les épisodes de rage peuvent aussi affecter le tourisme et le bien-être des animaux, des fonds supplémentaires pourraient être recherchés auprès des Ministères du Tourisme et des Ressources naturelles. De nombreux gouvernements ont des fonds d’urgence disponibles pour faire face à des épisodes inattendus. Si la rage est une maladie à déclaration obligatoire, donc soumise à des lois et à des contrôles particuliers, le gouvernement en assume la responsabilité, ce qui rend le financement public prioritaire. Voir également cette section qui décrit les facteurs importants pour déterminer si une maladie doit être à déclaration obligatoire.

- Le financement des gouvernements locaux/régionaux peut être disponible.

- Les entreprises locales et les fonds fiduciaires

- Les industries liées aux chiens (compagnies pharmaceutiques, fabricants d’aliments, assurances pour les animaux de compagnie) peuvent être disposées à soutenir le programme, soit financièrement, soit en fournissant des ressources (par exemple de la nourriture, des les vaccins ou des médicaments).

- Les organisations externes (par exemple les organismes internationaux et régionaux de développement, organismes internationaux d’octroi de subventions, etc.) peuvent fournir un financement pour des projets ou des ateliers, mais il est peu probable qu’ils soutiennent à long terme les coûts de fonctionnement.

- Les ONG travaillant dans la protection des animaux, la santé humaine et animale, la conservation de la faune sauvage (le cas échéant)

- Les universités peuvent fournir un financement ou des infrastructures, de la main-d’œuvre et de l’expertise.

- Les donateurs privés

- Les propriétaires de chien – L’obstacle du coût du vaccin est fréquemment cité par les propriétaires de chiens dans les pays à moyen ou à faible revenu. Dans de nombreux contextes, des campagnes de vaccination de masse soutenues par le gouvernement peuvent permettre d’envisager une vaccination à faible coût ou gratuite pour atteindre un haut niveau de couverture vaccinale. Cliquer ici pour lire les conclusions d’études comparant des campagnes de vaccination à la charge du propriétaire de l’animal et les campagnes de vaccinations gratuites. Cependant, il convient d’évaluer si la communauté est disposée à payer les vaccins et chaque fois que cela est possible, les campagnes de vaccination doivent viser à s’auto-financer à l’aide d’une rémunération modique.
On pourra étudier les moyens de faire payer les propriétaires de chiens, par exemple avec un registre des chiens et la mise en place d’un fonds communautaire ou à l’échelle du village. (ETUDE DE CAS AUX PHILIPPINES). Le fait de demander une contribution modique peut promouvoir un sens de la propriété et encourager les propriétaires de chiens à payer des services des vétérinaires privés dans les années à venir lorsque les campagnes gouvernementales auront cessé. Dans certains programmes, une somme modique payée par les propriétaires de chiens a été utilisée pour payer et par conséquent pour motiver les vaccinateurs, plutôt que pour payer le vaccin.


- Les financements d’urgence (lors d’apparition d’un foyer ou de l’introduction de la maladie dans des zones indemnes). L’Union Européenne et les Royaume Uni, par exemple ont des plans d’urgence/montages financiers pour faire face aux épisodes de maladie, qui pourraient être pris en charge par l’impôt sur les agriculteurs.


- Les dons en nature peuvent aussi être utilisés afin de réduire les coûts pour les gouvernements. Des vaccins de haute qualité, donnés ou subventionnés, ont été mis à disposition de plusieurs pays par la banque de vaccins de l’OIE pour l’Asie, voir ici.

ONG = Organisation Non-Gouvernementales
OIE = Organisation Mondiale de la Santé Animale




page précédente: 3.3.4. Dans quelles mesures la prévention et le contrôle de la rage sont-elles des priorités et bénéficient-elles d’un financement sûr ?

page suivante: 3.3.6. Quelles ressources sont-elles nécessaires pour mettre en place un programme de contrôle de la rage ?





Accueil du site | Contact | Plan du site |
Quatrième version - dernière mise à jour, Novembre 2017