3.1.7. Quels sont les laboratoires disponibles pour le diagnostic de la rage ?

Ce sont les laboratoires régionaux, les laboratoires nationaux de référence pour la rage, les centres collaborateurs de l’OMS pour la rage et les laboratoires de référence de l’OIE. Dans la plupart des pays, le diagnostic doit être effectué par un laboratoire régional. Tous les échantillons positifs doivent ensuite être envoyés au laboratoire national de référence du pays pour confirmation ; si l’infrastructure le permet, une caractérisation plus poussée y sera faite. Le Laboratoire national de la rage doit enfin envoyer un rapport à l’OIE/OMS. Les informations sur l’emplacement des laboratoires de diagnostic régionaux et nationaux peuvent en général être obtenues auprès des Ministères de la Santé et/ou de l’Agriculture. Les centres collaborateurs de l’OMS peuvent apporter une aide dans la caractérisation des virus, des méthodes ont été développées pour assurer une conservation à température ambiante des prélèvements et leur expédition vers des laboratoires de référence internationaux, sans risque, comme le dépôt de suspension de tissus nerveux sur papier FTA qui inactive le virus et préserve l’ARN viral non infectieux. Les centres collaborateurs de l’OMS peuvent aussi aider en fournissant des réactifs et en formant le personnel, par exemple, à l’occasion de jumelage entre les laboratoires des pays en développement et des institutions expertes pour renforcer les capacités de diagnostic (ÉTUDE DE CAS ALLEMAGNE - TURQUIE). Cliquez ici pour accéder à la liste des centres collaborateurs de l’OMS.

OMS = Organisation Mondiale de la Santé
OIE = Organisation Mondiale de la Santé Animale




page précédente: 3.1.6. Le personnel est-il suffisamment formé ?

page suivante: 3.1.9. Quelle est l’infrastructure minimale pour administrer la prophylaxie pré- et post-exposition chez l’homme ?






Accueil du site | Contact | Plan du site |
Troisième version, dernière mise à jour, juin 2015